real-estate-tag-line

La souffrance, est-elle la condition nécessaire pour comprendre la vie ?

La souffrance, est-elle la condition nécessaire pour comprendre la vie ?

Dans la vie des Hommes, l’utopiste occupe une place particulière. Sa vision douloureuse de l’humanité en fait à la fois sa victime et son représentant.

L’utopiste s’inspire de ses propres douleurs pour les transposer à d’autres personnages ou bien, il exprime son propre mal-être d’un monde en décadence.
La douleur personnelle d’un utopiste constitue la trame de sa vie. Car un l’utopiste n’est inspiré que par ce qui le touche.

Nous parlerons des maux de société, celui-ci cherche parfois à défendre une cause ou à dénoncer une situation. L’utopiste cherche en quelque sorte à exprimer sa souffrance. Être utopiste, c’est aussi lutter contre les maux de la société. Certains puissent leurs sources d’inspiration dans l’actualité de leurs temps et prennent parti pour une cause religieuse, politique ou morale.

La souffrance est souvent le support de la création, et se trouve même à son origine. Lorsque la douleur pousse l’utopiste à écrire, il est à même d’analyser sa propre souffrance et peut-être d’en guérir, par le biais de l’écriture, mais aussi de la partager avec ses lecteurs pour alléger son fardeau.

Il ne faut jamais cesser de se questionner sur nos valeurs. Pour cela, nous devons, lire, discuter avec les gens et surtout apprendre d’eux. Chaque échange doit permettre d’affirmer notre personnalité, nous questionner et nous permettre de nous remettre en question. Et quand nos traits de caractère déplaisent, on se doit d’apprendre à accepter et tenter de se bonifier. On doit apprendre de nos forces, mais aussi de nos faiblesses.

C’est beau de voir une personne vibrer de passion pour quelqu’un ou quelque chose. Les valeurs font parties de cette beauté tant recherchée : l’honnêteté, la générosité, les valeurs familiales, l’ouverture d’esprit, l’amour de la paix…

Pour certains, « utopique » veut dire impossible ; pourtant, l’utopie a pour ambition d’élargir le champ du possible, et d’abord de l’explorer. La capacité à rêver à un monde meilleur peut en effet se révéler une source de bénéfices tangibles et observables dans le réel avec des cœurs de bonne volonté.

Quels sont aujourd’hui les rêves, les idéaux, les utopies, qui peuvent nous rendre de l’espoir ?

Comment pouvons-nous utiliser notre capacité à « rêver pour » ceux qui ont perdu l’espoir ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Unable to display Facebook posts.
Show error

Error: (#4) Application request limit reached
Type: OAuthException
Code: 4
Please refer to our Error Message Reference.